hide

Need a gift for a gifted musician?

The SoundCloud Premium accounts also come as virtual gifts and it takes only two minutes to get one. Head over to our Gift page and check out the different Premium accounts starting at only €29 per year.

Gift page

About

Management : teomanagement@gmail.com (Téo Durand)

L’UBU, les Trans, beaucoup de vie, d'excellents groupes : une mythique ville rock en bouillante renaissance. Mais jusqu'à aujourd'hui, à Rennes, point de pyramide -du moins jusqu'à celle, déjà multicolore et sans doute bientôt monumentale, qu'a choisi Tahin pour indécollable symbole. Tahin, prononcer "taïne" : quatre garçons qui se sont trouvés en février 2010, un groupe auteur d'un premier maxi, Pristine, paru en juin de la même année, des ciboulots bourrés de savoirs distincts mais liés dans une unique et belle alchimie. Leur pyramide, justement. Comme la Pyramid Song de Radiohead : une base posée sur la terre ferme mais la cime dans les étoiles, des racines profondes mais des rêves de stratosphères, le classique et le moderne mariés dans une même figure aux formes immémoriales mais aux idées tournées vers l'avenir.

Chez les cousins Français, on pense notamment aux mélanges fameux de Phoenix, Anoraak, Tahiti 80, Pony Pony Run Run -on pense à la formidable french touch pop, beau berceau pour idées fraîches. Mais comparaison n'est pas raison : Tahin ne se limite jamais à un univers mais en investit dix à la fois, et les pistes que dessine le groupe aiment emporter les âmes dans un dédale, inédit, dont il est le seul à connaître les plans. Dans les chansons changeantes des Rennais, Bowie ou les Beatles batifolent ainsi avec Breakbot et Vampire Weekend, Sigur Rós avec MGMT, Brooklyn fusionne avec Manchester, Los Angeles se love dans les glaciers islandais, les parquets tremblants des salles de concerts peuvent muter, en un instant, en dancefloors échauffés et les beautés douces devenir de fulgurantes énergies.

Tahin fait de la cold pop. Fusion froide, synthèse parfaite. Cold comme froid : le son du groupe est posé, lancinant, affuté et tranchant comme les angles d'un iceberg, porté par la voix gracile d'un voltigeur des hautes altitudes. Cold comme cool : il y a dans les compositions changeantes des garçons le relâchement agile, le chaloupé tranquille, le naturel propre à ceux qui ne forcent rien, en pleine maîtrise des éléments. Pop comme pop : Tahin porte en lui la magie inexplicable du tube véritable, de la mélodie qui colle indéfiniment aux synapses, la science du refrain imparable, des chœurs bubblegum et des cavalcades rythmiques en Technicolor. High Life, Fortune & Glory, Break You, I'm Your Saviour Today, As You Like, les autres à venir, espoirs déjà affirmés : il y a dans ces chansons autant de volcans que de glace, de romantisme caressant que de grandeur rock, d'intimisme pop que d'hédonisme dansant. Il y a, chez Tahin, autant d'efficacité instantanée que de trésors cachés : de quoi durablement poser leur pyramide sur l'horizon, sur tous les horizons, des cœurs comme des corps.

//Thomas BURGEL

tahin Tahin, Rennes, France

Follow

Share to WordPress.com

If you are using self-hosted WordPress, please use our standard embed code or install the plugin to use shortcodes.
Add a comment 0 comments at 0.00
    Click to enter a
    comment at
    0.00